La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques-Mecislas Charrier - 1922

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2471
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Jacques-Mecislas Charrier - 1922   Sam 12 Sep 2009 - 8:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: Mauvais président   Lun 14 Sep 2009 - 10:46

[quote="piotr"]http://militants-anarchistes.info/spip.php?article2999

http://www.lejsl.com/fr/permalien/article/1622858/d-un-guillotine.html

http://www.lejsl.com/fr/permalien/article.html?iurweb=1622857[/q

Merci Piotr . Une erreur à signaler .dans cet article En 1922, c'était Millerand qui occupait les fonctions de Chef de l'Etat et non Paul Doumer. Les journalistes doivent sans cesse vérifier et revérifier leurs sources lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Jacques Mecislas Charrier   Mer 10 Aoû 2011 - 16:07


Jacques-Mécislas Charrier


Les faits



Vingt-sept ans, anarchiste. Au cours de la nuit du 24 au 25 juillet 1921, dans le rapide n°5 Paris-Marseille, entre Dijon et Lyon, agresse les passagers des compartiments de 1e classe en compagnie de deux autres repris de justice, Bertrand et Thomas, et dérobe au moins 30.000 francs en numéraire et en bijoux. Les victimes furent menacées de mort si elles donnaient l'alarme. Le seul à résister, le lieutenant Carabelli, fut abattu d'une balle dans la poitrine. Le major Palaper, qui voulut intervenir, fut frappé à la tête. Dès le 27 juillet, Charrier fut arrêté à Paris, et ses complices abattus par la police lors de leur interpellation, avenue de Wagram, non sans avoir abattu l'inspecteur Curnier.
Condamnation : 29 avril 1922
Exécution : 02 août 1922 à Paris

Source : Le site « Guillotine » de Sylvain Larue, alias Nemo.
http://guillotine.voila.net/Guillotinesite.html

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-

Le procès du cynique Charrier – L’avocat général demande un verdict sans clémence

Charrier a changé de veston aujourd'hui. Sa garde-robe est mieux fournie que celle de son père Mécislas Goldberg, toujours sale et même sans linge.

Les derniers Témoins. Lecture est donnée de la déposition du major Talaber qui fuit frappé par l'accusé, tandis qu'il cherchait à pénétrer dans les couloirs du train pour porter secours au lieutenant Carabelli. Charrier reconnaît le fait avec cynisme.



Mecislas Charrier

On lit ensuite la déposition du député de Marseille, M. Morucci. Charrier explique que le portefeuille fut remis à Thomas qui le lui donna ensuite.

Le Réquisitoire

Enfin la parole est donnée à M. l'avocat général Barathai du Monceaux qui occupe le siège du ministère public.
Il commence par faire l'éloge de l'intrépidité des agents qui arrêtèrent les bandits et il rend hommage à l'inspecteur Curnier, victime du devoir.
Il reste, dit-il, à faire justice du dernier survivant de cette bande contre lequel MM. les jurés, vous rendrez un verdict exempt de faiblesse et de clémence.
Cet exorde terminé, M. Barathai du Monceaux passe en revue la vie entière de l’accusé.
Vaniteux, menteur, simulateur, et il fait le récit de l'attentat. Puis il examine la responsabilité de Charrier et il conclut en s'adressant aux professeurs de Polytechnique, maîtres du lieutenant Carabelli, qui assistent à l'audience :
Vous direz à vos élèves comment le jury de la Seine a su frapper sans faiblesse et sans crainte un de ceux qui enlèvent un fils bien-aimé à l'affection des siens, un officier d'élite à l'avenir de son pays !
Charrier veut alors prendre la parole, mais le président s'y oppose et M° Pierre Dessaigne prononce sa plaidoirie.


Les Plaidoiries

L'avocat demanda au jury de rapporter un verdict de culpabilité en ce qui concerne les vols, puisqu'ils sont avoués par Charrier, mais il le supplie de ne pas tuer un homme qui n'a pas tué.
M° Dessaigne va même plus loin, il demande le bénéfice des circonstances atténuantes en faveur de son client, en raison de sa franchise, de ses aveux spontanés, de son état de santé, de ses antécédents pathologiques, de son enfance malheureuse, de son état mental.
La séance est alors suspendue durant un quart d'heure.
A la reprise, M° Campinchi prend ensuite la parole et lui aussi, avec son grand talent, demande aux jurés toute leur indulgence pour son malheureux client.
Nous donnerons le verdict dans notre troisième édition.

La Presse, n° 6 042 du 29avril 1922

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6007194.image.r=Charrier

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-

Carnet d’un naïf - Une condamnation logique

La condamnation à mort était certaine. Tout ennemi de la société doit périr et aucune pitié ne peut lui être consentie.

La société souffre déjà assez des mille et un ennuis enfantés par la concurrence, la jalousie, l'ambition, l'égoïsme et le mauvais caractère. La société est une grande famille et la famille, une réunion d'individus qui s'entendent mal mais qui ont besoin les uns des autres.
Or, tout ce qui risque d'entraver les échanges, les indispensables services rendus, les prêts, les dons, les héritages, les bons conseils, les appuis basés sur l'expérience ou la fortune du voisin, est condamné à disparaître dans l'intérêt même de cette société. On ne transige pas avec l'ennemi, on l'abat tant qu'on est le plus fort et pour rester le plus fort.

Le bourgeois est un mâle nécessaire et la bourgeoisie une des grandes raisons d'être du travailleur. Si le bourgeois n'existait plus la masse des miséreux augmenterait dans la plus folle des proportions géométriques et le monde ne serait plus qu'une immense Russie soviétique.
Or le bourgeois est dans un État qui se respecte et qu'on respecte, le pilier le plus solide de cette société dont je vous parlais plus haut. Plus le bourgeois est gros et gras, plus son ventre est doré, et ses poches gonflées de monnaie, plus il constitue un pilier solide et moins la société court le risque de choir et de se réduire en miettes. L'ennemi de la société s'attaque donc toujours au bourgeois-pilier.
En conséquence, la société, pour se défendre efficacement, se voit dans la nécessité de soutenir ledit bourgeois-pilier, voire de l'empêcher de suivre un régime pour maigrir.

Voilà donc pourquoi, comme je l'écris au début de ces quelques lignes, la condamnation à mort s'imposait.
- Comment ? La condamnation à mort du bandit Mécislas Charrier ?
- Non, celle de la taxe de luxe.

Jean Kolb - La Presse, n° 6 043 du 30 avril 1922

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6007202.r=Mecislas.langFR

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-



Le Petit Journal, n° 21 748 du 2 août 1922

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k623430s.langFR

°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-°-

L'exécution de Méceslas Charrier

« Ne pleurez pas, ce n'est là qu'un détail », a-t-il dit à l'aumônier de la prison, devant la guillotine. Méceslas Charrier a expié courageusement.

Fixée à 4 h. 40, l'exécution ne put cependant avoir lieu qu'aux environs de 5 heures. Durant ces longues minutes d'attente, l'aube blafarde avait cédé le pas au grand jour, qui éclairait maintenant d'une lumière crue la sinistre machine.
Quelles pouvaient être les causes de ce retard ? Charrier faisait-il des révélations ou plus simplement, comme beaucoup en émettaient l'hypothèse, avait-il « flanché » à l'annonce de la lugubre nouvelle ?
Et déjà les commentaires allaient leur train lorsque apparurent, au pas de course, tournant l'angle de la rue de la Santé et du boulevard Arago, ceux qui avaient eu mission de prévenir le condamné que l'heure de l'expiation avait sonné.

Charrier fut réveillé à 4 h. 15. Au bruit de la porte qui s'ouvrait, il se dressa sur son lit. C'est d'un air quelque peu hébété qu'il écouta les paroles que lui adressa M. l'avocat général Dumas, qu'entouraient les dévoués défenseurs du condamné M° Dessaigne et Campinchi ; MM. Richard, juge d'instruction ; Naudin, préfet de police ; le docteur Paul, médecin légiste ; Duresq, Guillaume et Caron, directeur et commissaires à la police judiciaire, ainsi que l'abbé Berthaud et les docteurs Bornot et Labouré, médecins de la Santé.
- Vous comprenez sans doute la raison de notre présence ici ? tenta d'expliquer le magistrat.
- Oui, oui, je m'y attendais, rétorqua Charrier, qui parut quelques instants inconscient.
Mais il reprit vite son sang-froid, et ajouta :
- Bah ! un peu plus tôt un peu plus tard…
Et s'adressant à M° Campinchi :
- D'ailleurs, vous y passerez tous. Alors ?

Puis, très calme et entièrement maître de lui, il se leva, s'habilla et demanda du café et une brioche, qu'il absorba sans se hâter.
Et cependant qu'il fumait une cigarette - la dernière, fit-il remarquer - il remit à son avocat, M° Campinchi, divers documents parmi lesquels une lettre adressée à Mme Séverine. Puis, appelant les docteurs Bornot et Labouré, il pria le premier de prendre soin de ses mémoires, volumineux dossier en quatre mains de papier écolier, et l'autre, un recueil de vers intitulé « Mes glanes ».
Cette distribution terminée, et après s'être entretenu seul avec l'aumônier, Charrier demanda du papier pour écrire ses derrières volontés.

Mais l'heure passait et bien que personne ne voulût lui dire de se presser; le condamné, à certains signes, saisit l'impatience des assistants :
- Bah ! je ne suis pas Chauchard, s'écria-t-il, mais j'ai cependant quelques legs à faire. Je laisse ma canne au gardien Leroy, quoique je ne sache pas s'il en porte une…
Toutefois il ferma sa lettre et la remit à M° Campinchi :
- Il y a là-dedans mon testament, maître, publiez-le, vous me ferez plaisir.
M° Dessaigne et Campinchi lui serrent la main :
- Merci, leur dit-il, d'avoir cherché à me sauver Je ne vous oublierai pas.
- Quel jour sommes-nous, demande le condamné à ses défenseurs.
- Le 2 août, répond M° Campinchi.
- Dommage, réplique Charrier, que ce ne soit pas le 4 août. Beau souvenir !
Et comme son défenseur lui rappelle sa mère et qu'il a peut-être quelque chose à lui faire dire, il répond simplement :
- Maître, vous savez bien que j'ai rompu avec elle !

On l'entraîne alors vers le greffe pour la levée d'écrou.
Marchant d'un pas assuré, il parcourut le chemin en chantant l'Internationale et la Carmagnole. Rapides furent la toilette et la levée d'écrou.
L'espace d'un instant, le condamné pâlit, mais il s'était déjà ressaisi avant de monter dans le fourgon, qui, trois minutes plus tard, l'amenait au lieu d'exécution. Aidé de M° Dessaigne et Campinchi, Charrier, les cheveux au vent, la chemise largement échancrée, descendit les degrés de l'escalier volant, sans forfanterie, mais sans faiblesse et, après un rapide coup d'œil à la guillotine, jeta, comme un dernier défi, un regard circulaire sur les assistants.
L'aumônier Berthaud, à ses côtés pleurait.
Allez, ne pleurez pas, monsieur l'abbé, ce n'est là qu'un détail, fit-il.
Et d'un pas ferme, la cigarette collée aux lèvres, il marcha vers la bascule.
Comme un éclair, le couperet tomba tandis que presque aussitôt une horloge voisine annonçait lentement qu'il était cinq heures du matin.

Suprême facétie - Charrier, on l'a vu plus haut, au moment de marcher à l'échafaud, remit à M° Campinchi un document qu'il appelait son testament, priant son défenseur de le publier.
L'éminent avocat n'a pu que déférer à ce désir manifesté in extremis, et nous a communiqué ce testament, tout en se rendant compte qu'une fois de plus, Méceslas Charrier voulant « crâner » quand même, avait seulement témoigné d'un mauvais esprit qu'il s'efforce de faire prendre pour de l'ironie.
Après une adresse au procureur général, dans laquelle il proteste contre les agissements de l'administration judiciaire, qui ne l'aurait pas avisé du rejet de son pourvoi en cassation, il poursuit :
Je soussigné Jacques-Méceslas Charrier, étudiant en médecine, militant libertaire, et condamné à mort par la grâce de douze enfants terribles, déclare léguer :
1° Ma chevelure au très honorable rescapé de la revue du 14 juillet, M. le préfet de police, à la condition expresse qu'il l'emploie à la confection de porte-bonheur, gris-gris, amulettes, etc., destinés à. être publiquement vendus par les soins de messieurs les membres de la sûreté parisienne, au profit de la caisse de secours des rosières de Bécon-les-Bruyères et de celle de l'amicale des cambrioleurs victimes du chômage ; 2° mon estomac à l'avocat-général qui m'a paru totalement en manquer ; 3°ma plante des pieds au Jardin des Plantes ; 4° mes pectoraux à la pharmacie C… ; 5° mes seins à l'église romaine ; 6° ma peau lisse au chef de la sûreté.
Charrier avait conclu sa fantaisie macabre par ces mots : « Non terminé pour cause de décès involontaire. »

Le Petit Parisien, n° 16 592 du 3 août 1922

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6050993.r=le%20Parisien.langFR



Dernière édition par Adelayde le Mer 10 Aoû 2011 - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Jacques Mecislas Charrier   Mer 10 Aoû 2011 - 17:26



Jacques Mecislas Charrier

Source : le site de Bois de justice "Anatole Deibler'400 customers"


http://boisdejustice.com/Anatole/Anatole.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Jacques-Mecislas Charrier - 1922   Jeu 11 Aoû 2011 - 16:21

Sur les deux premières photos, je trouve que Charrier a un petit air de Christian Clavier.
Non !??? Okaayyy !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Jacques-Mecislas Charrier - 1922   Jeu 11 Aoû 2011 - 19:13

Elie Köpter a écrit:
Sur les deux premières photos, je trouve que Charrier a un petit air de Christian Clavier.
Non !??? Okaayyy !!!

Je lui trouve aussi un air Jacouille Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 62
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: Re: Jacques-Mecislas Charrier - 1922   Jeu 11 Aoû 2011 - 20:16

Adelayde a écrit:


Jacques Mecislas Charrier

Source : le site de Bois de justice "Anatole Deibler'400 customers"


http://boisdejustice.com/Anatole/Anatole.html



Il y a une légère ressemblance avec la photo de François SALVADOR, guillotiné le 21 janvier 1925 à Nancy, coupable de deux meurtres en 1920 et 1921...




Source : Site de bois de justice


http://guillotine.cultureforum.net/t1962-francois-salvador-l-artificier-sanglant

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jacques-Mecislas Charrier - 1922   Ven 12 Aoû 2011 - 10:03

Vous aurez tous remarqué l'intelligence du regard, et ce sourire ravageur. (ou ravagé).
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: L'Heure du crime   Dim 29 Sep 2013 - 18:54


Jacques Pradel revient sur l'affaire Mecislas Charrier dans l'émission "L'Heure du crime" du 23 septembre dernier.

http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/ecouter/l-integrale-l-attaque-du-train-de-nuit-paris-marseille-7764753681

Bonne écoute ! queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques-Mecislas Charrier - 1922   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques-Mecislas Charrier - 1922
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jacques-Mecislas Charrier - 1922
» Vivre après la mort de l’euro. Les éditoriaux de Jacques Cheminade
» Jacques Lerouge
» Jean-Jacques De Moor – le crime de la rue Monjol - 1891
» joyeux anniversaire CHARRIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: