La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelques exécuteurs et leurs clients

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quelques exécuteurs et leurs clients   Lun 10 Aoû 2009 - 15:37

François CHEFDEVILLE. Ce fils de Martin Chefdeville, âgé seulement de dix-sept ans, fut nommé exécuteur de la haute justice à Dijon, à la place de Laurent Chrétien (qui excerca de 1753 à 1762), en 1759. Mais il y avait une condition à cette nomination : c'est qu'il choisirait un aide capable pour faire les exécutions à sa place, jusqu'à ce qu'il eût atteint l'âge de vingt et un ans. L'aide choisi par Chefdeville fut Laurent Chrétien. Le choix n'était pas heureux. En 1762, Chrétien, convaincu d'avoir maltraité sa femme et d'avoir entretenu des relations avec la veuve d'un ancien exécuteur, Mme Chefdeville elle-même ! Chrétien fut destitué et expulsé de Dijon. ....................................................................................................................................................................................................................

Chefdeville commenca ses exécutions avec les anciens moyens d'avant la Veuve, puis ensuite avec elle après sa livraison à Dijon.
Apparemment, elle ne contenta pas vraiment puisqu'à sa réception le directoire du département de la Côte-d'Or écrivait à M. Schmidt :

Monsieur,

Nous avons reçu la machine à décapiter que vous nous avez fait passer; on ne peut s'acquitter plus mal de la commission qui vous a été donnée. Nous l'aurions fait construire beaucoup mieux pour 300 livres; nous prévenons le ministre de notre mécontentement.


L'échafaud pour la machine nouvelle avait été exécuté par Gauthier, charpentier, sur les plans de l'ingénieur Guillemot, moyennant 248 livres. La machine restait naturellement en permanence sur la place du Morimont, comme la potence, la roue et le billot sous l'ancien régime. Cependant Chefdeville s'était fait la main à la guillotine, et le 5 octobre 1792 il avait fait sauter la tête sans douleur, comme disait Guillotin, à Jean Chappe, François Barré et Anthelme Larrey. Le même jour, il exécutait en effigie Vivarais et Jacques Nové. Les condamnés étaient vêtus de robes rouges. Comment se faisait l'exécution en effigie avec la guillotine ? Faisait-on sauter la tête sans douleur à un mannequin ? Je n'ai pu le savoir.
Le 16 avril 1794, Chefdeville, pour obéir à la mode nouvelle, troqua son prénom de François contre celui de "Potiron".
Il y eut 15 exécutions politiques, en 1794, sur la place du Morimont (en fait, Janin mentionne 16 noms ?)

Colmont (Bruno-Clément), conseiller au parlement de Bourgogne —Ferrand dit Lapierre (Jean-François), domestique — Guyard (Jean-Baptiste), procureur au parlement — Micault de Courbeton (Jean-Vivant), président au parlement — Moreau (Jean-Baptiste), avocat au parlement — Pageot (Jean), domestique — Pernet (Jean-Baptiste), domestique — Perret (François), tailleur — Richard de Ruffey (Frédéric-Henri), président au parlement — Taupenot (Gaspard), curé de Changey — Jeanne Aubry — Marie Aubry — Pierrette Aubry — Louise Aubry — de Nolay — Mignot (Claude), domestique.

Chefdeville avait accompli sa journée. Il s'endormit du grand sommeil, dans la maison de la rue des Champs, le 16 août 1794.

° Nicolas FERREY, commissionné le 8 décembre 1794, destitué le 23 juin 1797. Il venait de Rouen.

Le coup d'essai de Ferrey fut l'exécution à Beaune de Jean-Baptiste Giradot, le 5 août 1795. Le citoyen Boudon, voiturier à Dijon, avait conduit chez nos voisins la machine à Guillotin, et avait reçu 564 livres pour ses dépenses, et 180 livres pour ses peines. Il est bien entendu que ces sommes, énormes lui avaient été payées en assignats.

° Philibert-Joseph VERMEILLE, commissionné le 18 juin 1797, meurt le 29 mars 1801.
Ses appointements avaient été portés à deux mille francs.

Les exploits de Vermeille sont assez maigres. Pendant ses quatre années d'exercice, il fit sept exécutions vulgaires, pas tout à fait deux par an. Ce n'était vraiment pas la peine de s'en mêler !

° Louis-Charles-Augustin SANSON, d'autres pièces disent Martin, succède à Vermeille, en 1801.

C'était un lettré, et probablement il appartenait à l'illustre famille des exécuteurs de Paris. Vermeille ayant laissé sa tâche inachevée, et Sanson n'étant pas encore nommé, on manda, pour remplir l'interrègne, Chrétien, l'exécuteur de Saône-et-Loire. Il arrive le 4 avril 1801, fait sauter la tête à Gerbenne, officier de santé, à la veuve Hédus, sa maîtresse, encaisse 195 fr. 50 pour ses honoraires et s'en retourne goûter les joies du foyer domestique.
Sanson releva un peu la profession par des exécutions remarquables. Chaudion et Durbez, qui avaient pillé un fourgon de la République à Chagny et assassiné des gendarmes à l'hôtel de la poste à Norges, passèrent par ses mains, ainsi que Galina, ce brigand féroce qui avait massacré à coups de hache la femme et les quatre enfants d'un pauvre sabotier de la forêt de Lanty, dans le Châtillonnais. Ce fut encore Sanson qui, en décembre 1802, appliqua pour la première fois la marque abolie en 1789 et rétablie en 1801. Des faux-monnayeurs de Nicey servirent de sujet à notre artiste.

Le 25 mars 1804, il exécuta Barbier fils, de Blangey, près d'Arnay, dont le cadavre envoyé à l'hôpital servit aux études des élèves en chirurgie. Cela ne s'était pas encore pratiqué. Mais l'exécution capitale de Sanson, ce fut celle des deux enfants Vigneron : Marguerite, âgée de 17 ans, Jean, âgé de 22 ans, nés à Missery, près de Saulieu. Ces deux innocents, ces deux martyrs, accusés d'avoir empoisonné leur oncle, connaissant la coupable, ne voulurent pas livrer son nom à la justice, parce que cette criminelle était Jeanne Debrabant, veuve Vigneron, leur mère ! Jean, cependant, était moins courageux que sa soeur. Plusieurs fois, au cours des débats, — leur mère, aussi accusée, était assise à côté d'eux— , plusieurs fois Jean avait dit à Marguerite :
— Si tu voulais, pourtant, nous raconterions tout !
Mais jamais Marguerite n'y consentit. Le jury acquitta la mère et condamna à mort les deux enfants.
Le 5 septembre 1804, — la condamnation était prononcée depuis le mois d'avril ! — on fit monter Marguerite et Jean Vigneron dans la charrette pour les conduire au Morimont ; mais Jean, malade depuis longtemps, mourut dans le trajet, et Marguerite seule fut exécutée. Le pourvoi de ces deux enfants avait été rejeté, « tant était grande l'horreur qu'inspirait leur crime ! ». Quelque temps après, la veuve Vigneron, — cette bête féroce, cette mère au coeur de bronze, — sentant la mort venir, déclarait publiquement avoir tenté, elle seule, d'empoisonner son frère, et proclamait l'innocence de ses deux enfants !

Dans la nuit du 21 au 22 octobre 1807, un drame horrible se passait à Vitteaux.
Quatre brigands avaient arrêté et dévalisé des voyageurs près de Rouvray. On les cherchait partout. Le commandant de la garde nationale de Vitteaux, M. Durandeau, croit les reconnaître à leur signalement ; il les mène dans une auberge et va prévenir la gendarmerie, qui accourt. Une lutte s'engage dans l'auberge : un gendarme est tué raide ; les lumières sont éteintes, on se bat dans l'ombre. Un des brigands, Roselli, est saisi. Les autres veulent fuir. Deux d'entre eux déchargent presque à bout portant leurs pistolets sur M. Durandeau, et le manquent. Celui-ci riposte avec son fusil double et les abat tous deux. Ils meurent presque sur le coup. Le dernier, malgré plusieurs coups de sabre, parvient à s'échapper, mais il est arrêté quelques jours après, à Neuchâtel, en Suisse. Le 3 mars 1808, Villa, dit Bianchi, le brigand qui avait fui à Neuchâtel, était condamné à mort et exécuté trois heures après par Sanson.
« Il a marché à la mort avec un courage et une fermeté qui ne devraient appartenir qu'à l'honnête homme » dit le Canon du 6 mars. Il ajoute, dans un autre numéro:
« Le cadavre de Villa fut disséqué par M. Morland, professeur d'anatomie, en présence des élèves et de beaucoup d'étrangers.»

On a remarqué que la tête de Villa, plusieurs jours même après sa mort, avait toujours conservé la beauté des traits qu'on
admirait en lui. Ses yeux n'avaient rien perdu de leur éclat, et l'on voyait encore sur ses lèvres le rire sardonique avec lequel il envisageait le terme d'une carrière qu'il finissait sur l'échafaud, à l'âge de 22 ans. Cette tête de caractère a été dessinée par plusieurs personnes. »
Le beau Villa est encore légendaire à Dijon.


° Louis-Antoine-Stanislas DESMOREST succéda à Samson, en 1808. (*Joseph Deibler, père de Louis et grand-père d'Anatole, fut son aide à partir de 1823. — La ville de Quimper mentionne que l'un de ses exécuteurs, Claude Desmorests, avait été exécuteur à Dijon en 1821. Il semble qu'il y ait là, une petite confusion, Louis Desmorest ayant exercé sa charge jusqu'en 1827 (et non 1823 comme indiqué par certaines sources) http://www.mairie-quimper.fr/14986504/0/fiche___pagelibre/&RH=ARCHIVES

C'était un excellent praticien ; il avait déjà exercé à Chalon-sur-Saône, à Reims, à Quimper.
Le 22 août 1805, le village de Corcelles-les-Cîteaux avait été le théâtre d'un crime atroce.
« Il y vivait, dans un petit domaine agrandi par ses soins, un allègre vieillard Félix Wannestienvord, surnommé "Frison", qui avait deux filles dont l'une, Henriette, d'un caractère violent, aventureux, emporté, pleine de dédain pour les soins du ménage et les travaux de son sexe, délaissait le foyer paternel. ....................................................................................................................................................................................................................  Une première tentative d'empoisonnement eut lieu, sur son père puis une seconde. Le père Frison y échappa. Enfin, le 22 août 1805 au matin, Henriette prend son fusil, le charge avec soin, en renouvelle la pierre et descend dans le jardin. L'infortuné Frison la suit avec une pioche, et tandis qu'il remue la terre, un coup de feu part et l'étend mort sur le sol.
.....................................................................................................................................................................................................................
Des témoins du supplice de mademoiselle Frison disent que la malheureuse eut une agonie atroce. Quand elle vit que tout était perdu, que tout s'écroulait autour d'elle, que l'espérance, cette divine consolatrice, la fuyait pour jamais, une épouvante indicible s'empara d'elle, et pendant le trajet de la conciergerie au Morimont, elle ne cessa de crier grâce ! grâce ! avec des déchirements terribles. Sur l'échafaud, elle criait encore grâce ! grâce ! et attachée sur la planche fatale, le cou dans la lunette, le même cri se faisait entendre. Le couperet en tombant trancha le dernier appel de l'infortunée à la miséricorde des hommes. Tous les spectateurs revinrent fortement émus de cette exécution, et Desmorest lui-même avait été tellement troublé par les appels désespérés de la patiente qu'il en perdit la tête et oublia de lui attacher les jambes sur la planche à bascule.
Cet oubli lui valut trois mois de prison.(étonnant !)

Il avait la spécialité des parricides, maître Desmorest. Le samedi 12 octobre 1816, il priva de leur boîte osseuse Jean Mignardot, de Brochon, qui avait tué sa mère, et Jeanne Hudelot, de Belan-sur-Ource, une pauvre orpheline qui avait empoisonné son père et sa mère. Ils allèrent à l'échafaud en chemise, nu-pieds et la tête couverte d'un voile. Desmorest leur fit sauter le poing droit, avant de leur faire sauter la tête; et tout fut dit comme ça.


° Charles-Louis LACAILLE, né à Coutances (Manche), le 8 mars 1798, succède à Desmorest, en 1827.

Il avait épousé, le Ier mars 1827, Jeanne- Louise-Bonne Desmorest, âgée de 17 ans, une femme charmante, excellente musicienne, et qui donnait, dans son cottage de Saint-Antibes des soirées délicieuses. Fils de bourreau, il avait pris à contre-coeur la profession paternelle, et chaque fois qu'il lui fallait trancher le fil des jours à quelqu'un, il en était malade. Il aimait mieux exécuter sur son piano une sonate de Beethoven, qu'un pauvre diable sur la place du Morimont. Tous les suppliciés qui passèrent par les mains de Lacaille étant assez obscurs, je laisserai leurs noms dans le silence. Cependant il faut faire une exception pour Jean-Baptiste Delacollonge*, curé de Sainte-Marie-la-Blanche, le précurseur, l'ancêtre moral de tous les tueurs et découpeurs de femmes qui épouvantent la génération actuelle. Lacaille ne guillotina pas Delacollonge ; il le mit simplement au carcan sur la place du Morimont, et cela suffit à sa gloire. Tous les aveux, Delacollonge les avait faits. Il avait étranglé sa maîtresse, Fanny Besson, et alors qu'elle s'agitait encore, il lui avait donné l'absolution. Il fallait répéter tout cela devant le jury ; il fallait revenir sur ces aveux, se replonger dans cette nuit terrible, rappeler ces couteaux aiguisés, ces chairs dépecées, ces os brisés, ce jet de sang noir à la figure de l'assassin.

Pauvre Lacaille ! ce qui réjouissait ses confrères le navrait. Il appréhendait une exécution à faire presque autant que celui qui devait la subir. Aussi, quel ne fut pas son désespoir quand il apprit que deux malheureux venaient d'être condamnés à mort, l'homme et la femme, le meunier et la meunière, comme on dit encore à Dijon. Jean Guenot-Sordot ** et Anne Boursaut**, sa femme, furent exécutés le 13 octobre 1838. Ils étaient meuniers à Courcelles-Frémoy.
Lacaille mourut le 1er avril 1839.

* L'abbé Jean-Baptiste Delacollonge fut condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il mourut au bagne de Brest.
** Exécutés comme incendiaires.

Suite Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quelques exécuteurs et leurs clients   Lun 10 Aoû 2009 - 15:41

Arrow
° François ÉTIENNE, né en 1810.

Il demeurait à Saint-Antibes, comme son prédécesseur. Etienne débuta par Langonier*, le fameux maire de Venarey, et termina... mais à quoi bon rouvrir ces plaies. Sous le règne d'Etienne, l'exposition et la marque furent supprimées, et la guillotine n'osa plus dresser ses bras sanglants sur la place du Morimont. On exécuta d'abord au-dessus de l'avenue de Crosmois, près du réservoir des Fontaines, puis sur la place aux Foins, puis enfin devant la prison centrale. Les bois de justice, — on avait honte de dire la guillotine ! — les bois de justice qui, pendant si longtemps, furent remisés dans la chapelle de la Miséricorde, sur la place du Morimont, en disparurent un beau jour. Le 26 août 1870**, on enleva la croix de pierre de l'édicule, on descella les barreaux de fer de la fenêtre, on élargit considérablement la porte, on lava, on badigeonna ce lieu sinistre, puis on y plaça une pompe. M. Etienne lui-même avait quitté sa résidence de Saint-Antibes, et après un séjour de quelques années au faubourg Saint-Pierre, il s'en alla de Dijon.
Ainsi s'éteignit** sans bruit, timidement, cette corporation qui avait porté de si grands coups à la société bourguignonne, et devant laquelle tant d'hommes hardis avaient tremblé, tant de femmes s'étaient mises à genoux !

* Exécuté pour infanticide en 1844.
**A la suite de la loi du 25-11-1870, supprimant la charge des exécuteurs de province.

Extraits de : N. JANIN-CLÉMENT Le Morimont de Dijon, bourreaux-suppliciés, chez Darantière, imprimeur, Dijon, 1889.

* Inventaire du 8 décembre 1811 ((ortographe remaniée, voir l'original à la suite) du 8 décembre 1811, établi par Stanislas Desmorest, exécuteur des hautes-Oeuvres pour la Côte-d'Or de 1808 à 1827 (archives municipales de la ville de Dijon).

Un grand panier pour mettre le corps mort le dit panier est garnie d'une cuirasse ;
De plus un autre petit panier pour recevoir la tête du condamné le dit panier est garni d'une cuirasse ;
De plus onze planches pour le dessus de l'échafaud ;
De plus vingt-deux morceaux de bois pour sa garniture ;
De plus quatre poteaux de neuf pieds chacun servant au même pour le même échafaud ;
De plus deux semelles portant les jumelles de sept pieds chacune avec leur traverse de deux pieds ;
De plus six morceaux pour les garde-fous de dix pieds chacun ;
De plus six poteaux accompagnés de six carcans avec leurs cadenas et clef, ainsi que leur chaîne ;
De plus la bascule, ainsi que le glaive accompagné de son cordeau ;
De plus huit panneaux en lambris pour entouré le grand échafaud ;
Plus la grande échelle pour y monter ;
Plus un bailliard ? pour porter le condamné en cas de résistance ;
Plus deux lunettes pour emboîter le col du condamné ;
Plus un cercle de fer accompagné d'une bassâne ? pour cacher la vue de la tête tombante ;
Plus six boulons de fer avec leur écrous ;
Plus trente chevilles d'assemblage pour le grand échafaud ;
Plus cinq fers a marquer ;
Plus un tampon et une chaufrette à grille.


Fait à Dijon le huit décembre 1811.

Desmorest.


Original de Desmorest.

Un grand panier pour maître le corps mort ledit panier est garnie d'une quirasse;
De plus un autre petit panier pour resevoire la tête due condamné ; ledit panier est garnie d'une quirasse ;
De plus onsse planche, poure le desur de léchafaux ;
De plus vingt deux morceaux de bois pour sa garniture ;
De plus quatre pôtaux de neuf pied chacun servant au maime pour le maime est chafaux ;
De plus deux semelle portant lais jumelle de sept pied chacune avec leure traversse de deux pied ;
De plus six morceaux poure lais garde foux de dix pied chacun ;
De plus six poteaux a compagnier de six carcan avec leurs calnat est clef, in cie que leur chaîne ;
De plus la basculle, in cie que le glaive acompagnie de son cordaux ;
De plus huit panôt an lambrie pour antouré le grand et chafaux ; Plus la grande et chelle poure imonté;
Plus un bailliard (?) poure porté lais condané an cat de ressistance ;
Plus deux lunette poure an boité le col due comdané ;
Plus un cercle de fer accompagnié d'une bassâne (? )poure caché la vue de la tête tonbante ;
Plus six boullont de fer avec leur et croux ;
Plus trante cheville dasanblage pour le grand et chafaux ;
Plus cinq fer a marqué ;
Plus un tanpont et une chaufrette a grille.


Cité par Janin-Clément (source : archives municipales de la ville de Dijon).




Par Archange


La place du Morimont, haut-lieu des exécutions dijonnaises pendant plusieurs siècles.




Par Archange

Aujourd'hui (place Émile Zola).

Revenir en haut Aller en bas
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1451
Age : 59
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Quelques exécuteurs et leurs clients   Lun 10 Aoû 2009 - 18:34

Tres interessant, en particulier l'inventaire de Desmoret.

Merci beaucoup, Mercattore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Quelques exécuteurs et leurs clients   Lun 10 Aoû 2009 - 20:10

Merci Mercattore, ce fut passionnant à lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Quelques exécuteurs et leurs clients   Mar 11 Aoû 2009 - 19:45

Il manque au moins un nom: celui de Claude PERROY, ancien Maître des comptes, guillotiné à Dijon le 9 juin 1794 pour avoir perçu la dîme en nature et ayant refusé les assignats en précisant que celà lui était égal et qu'il espérait bien s'en "torcher le derrière dans deux ou trois mois"...

Pardonnez la vulgarité du propos, qui reste cité par souci d'information historique...

A noter qu'il n'y avait pas à DIJON de Tribunal révolutionnaire; c'est le tribunal criminel de d Droit commun qui en tenait lieu, ce qui explique une certaine indulgence locale, et le fait que les envoyés du comité de Salut Public en Côte d'Or aient souvent décidé d'expédier les suspects à Paris, pour que le Tribunal révolutionnaire leur fasse sûrement leur affaire. Celà a concerné environ 70 personnes.

La place Emile ZOLA, anciennement du MORIMON est actuellement, comme on le voit sur le cliché, un lieu fort plaisant, une place piétonnière en plein cetre ville, garni de nombreuses terrasses de restaurant bien ombragées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques exécuteurs et leurs clients   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques exécuteurs et leurs clients
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelques exécuteurs et leurs clients
» Liste de clients
» Etats de compte clients
» Comment récupérer les dossiers clients... dans outlook?
» comment donner un taux interet a tous mes clients

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CES MESSIEURS DU PETIT MATIN-
Sauter vers: