La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécutions publiques - bourreaux non masqués

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Ven 7 Aoû 2009 - 20:18

il y a une question qui me turlipine,les bourreaux n'etant plus masques,et
les executions avant celle de weidmann en 1937 etant encore publiques,
ceux ci exerçant des professions dans le privé, ils risquaient d 'etre reconnus
par leurs camarades de travail ou clients pour ceux qui avaient un commerce.avez vous des informations sur la question?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Sam 8 Aoû 2009 - 16:24

Cher Marc

Votre remarque est parfaitement exacte, mais ne s'applique qu'aux adjoints de "Monsieur de Paris", ce dernier n'ayant pas eu d'autres profession que celle de bourreau j'usqu'en 1939. A ce sujet, il serait intéreressant que nos experts nous indiquent à partir de quelle date le bourreau ne l'a plus été exclusivement, comme c'était le cas pour le grand Anatole (sauf pendant la période 1907-1908, car à l'époque, une abolition se profilait, mais n'a pas eu lieu) et ses prédécesseurs. Je pense que Desfourneaux a perpétué la tradition, mais je crois que Chevalier avait un autre métier (typographe ce me semble) ce qui était à l'époque d'ailleurs justifié par le caractère exceptionnel des exécutions et la diminution du salaire de l'exécuteur. Rappellons aussi que le bourreau, statutairement, n'était pas fonctionnaire, mais employé contractuel du Ministère de la Justice, avec donc possibilité d'avoir un autre métier.

pour revenir au cas des adjoints, je crois qu'ils assumaient plus ou moins bien leur statut public particulier, et que ceux que celà dérangeait démissionnaient vite. Les autres ne s'en trouvaient pas affectés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Sam 8 Aoû 2009 - 16:52

merci de votre precision Fouché j'ignorais que le bourreau l'etait ecxlusivement j'ai du effectivement confondre avec la liste des adjoints et
leurs professions publiées sur le forum, par contre je savais,qu'ils etaient
contractuels
non seulement c'est macabre de couper une tete mais ça ne rapporte pas
Laughing c'est du moins mon avis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Dim 9 Aoû 2009 - 13:28

dans le droit fil de ma reflexion qu'elles etait a votre avis leurs motivations
le gout du sang ,ou alors comme cela se perpetuait en famille une fidelite a la
tradition doublée de l'ompossibilite vu leur fonctions de s'integrer a la societe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Dim 9 Aoû 2009 - 17:26

Intéressante question; de nombreux auteurs s'y sont interessés.

Les adjoints étaient recrutés par le "chef" parmi ses proches. Il y avait donc d'abord une volonté d'aider le bourreau qui avait besoin d'aides de confiance. Il y avait aussi une grosse part de fascination macabre pour l'exécution avec la possibilité de "traverser le miroir" et de voir ce qui était ivisible pour le commun des mortels, et tabou pour la société, qui cachait de plus en plus cette sérémonie.

Et aussi l'intérêt, pour des hommes "ordinaires" de devenir "extraordinaires", de détenir un peu du pouvoir de donner la mort.

Enfin, il pouvait y avoir parfois une motivation financière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Dim 9 Aoû 2009 - 17:57

fouche a écrit:
Intéressante question; de nombreux auteurs s'y sont interessés.

Les adjoints étaient recrutés par le "chef" parmi ses proches. Il y avait donc d'abord une volonté d'aider le bourreau qui avait besoin d'aides de confiance. Il y avait aussi une grosse part de fascination macabre pour l'exécution avec la possibilité de "traverser le miroir" et de voir ce qui était ivisible pour le commun des mortels, et tabou pour la société, qui cachait de plus en plus cette sérémonie.

Et aussi l'intérêt, pour des hommes "ordinaires" de devenir "extraordinaires", de détenir un peu du pouvoir de donner la mort.

Enfin, il pouvait y avoir parfois une motivation financière...
tout a fait d'accord avec vous cher Fouché c'est un aspect , la fascination
macabre ,et le pouvoir donner la mort ,bien que ce soit une mort sur "ordonnance" ,qui m'avait echappe.
mais ce devait etre des hommes qui n'avaient aucune conscience religieuse(quelle que soit la religion); mais ceci est un autre Debat..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RVIZCAIN
Aide confirmé


Nombre de messages : 28
Age : 59
Localisation : ESPAGNE
Emploi : DESSINATEUR PUBLICITAIRE
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: ICI COMME AILLEURS,...   Lun 10 Aoû 2009 - 8:57

Bonjour; à votre question je pourrai vous proposer deux bons livre en espagnol du même êcrivan: EL ARTE DE MATAR et l'autre VERDUGOS ESPAÑOLES (Ed. Alfaguara) de Daniel Sueiro. Deux bijoux dans le genre.

Ils sont assez dificil de trouver et quand on les trouvent, ils sont chers.

Dans le premier livre, Daniel Sueiro fait un parcour des systemes pour donner la mort lègale autour de l'histoire et selon les pays. Dans le second, c'est une spece de curriculum vitae des differents bourreaux espagnols depuis les siecles jusqu'à 1972, sans oublier, en faisant comparaisons des salaires, buts, réputations,... à ses camarades français, allemands, anglais,..

Ici, en Espagne, les motifs des bourreaux pour "choisir" le metier, etait toujours l'economique. Provenant des regions, familles, economies et cultures basse-basse et marginales, pour avoir une toute petite possibilitée de se stabiliser economiquement, ils preferent "TUER PAR ARGENT QUE MOURIR DE FAIM" (Antonio López Guerra, bourreau de Madrid jusqu'à l'abolition).

Comme c'est facile de comprendre, tout celà c'etait relatifment croyable, car un bourreaux des années '70, avait un salaire à peut-près ou moins qu'un O.S. de chantier sans experience; aujourd'hui seriait autour de 700 euros/mois et une prime par éxécution.

Alors, ce n'etait pas extraordinaire de leur trouver, entre chaque fois plus rare execution et execution, en faisant des petits travail de toute sorte: triporteurs, maçons à domicile, plombiers, vendeurs déambulants,... sans oublier que la plupart, ayant peur d'être reconnues, faisaient tout ça que je vient de vous dire, que par de petits période de temps; donc la marginalité était son moyen de vie.

Les croyances réligieuses n'ont été jamais une barriere pour ne pas exercer le metier de bourreau ou pour tuer d'autres semblables.
Comme example de ça, en continuant avec les bourreaux espagnols, Bernardo Sánchez Bascuñana, bourreau de Sevilla, se croyait choisi par Dieu pour exercer son métier; il se promenait par Grenade ou il habitait, avec l'air mélange d'un moine et un aristocrate; il s'a fait imprimer une carte de visite avec son nom et son metier "Administrador de Justicia" (Administrateur de Justice). Quand il devait aller à casser le cou d'un comdané. il disait:
-Merci mon Dieu pour m'avoir choisi pour lui faire traverser à ce malheureux les portes de l'eternitée"


El Señor Bernardo.





Vicente Copete, Bernardo Sánchez et Antonio López
et voilà les derniers bourreaux dans le film "QUERIDÍSIMOS VERDUGOS" (1973).
Il y a eu un autre aprés (José Moreno) mais il n'avait pas la place à l'heure du film,
alors il n'a pas sortit dans la photo.


Bonjour.



Roberto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Lun 10 Aoû 2009 - 9:45

merci de votre exellente reponse Roberto et du tour d'horizon sur les bourreaux espagnols c'est super ces echanges internationaux entre membres du forum chacun apporte a l'autre quelque chose.

je releverais deux points dans votre reponse
il vaut mieux tuer legalement pour l'argent que mourir de faim"
argument un peu execessif pour moi ,il y a toujours d'autres alternatives
c'est surtout une auto justification a mon avis ,mais j'exagere peu etre un
peu bien que la situation de l'espagne etait tres difficile,c'etait peut etre vrai
dans certains cas mais il ne faut pas generaliser

la religion n'empeche rien
vous avez tout a fait raison on peut tuer au nom de la religion et dormir tranquille la nuit ,je l'avais completement perdu de vue ,on en sait quelque
chose en france a une certaine epoque.
de toute façon l'homme se justifie toujours pour se rassurer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Aide confirmé


Nombre de messages : 29
Age : 43
Localisation : Loire Atlantique
Emploi : chauffeur routier
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Lun 10 Aoû 2009 - 18:29

Peut etre aussi que les bourreaux ressentaient une certaine fierté de pouvoir rendre justice,en étant en quelque sorte le maillon final de tout le processus judiciaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   Lun 10 Aoû 2009 - 18:31

Vincent a écrit:
Peut etre aussi que les bourreaux ressentaient une certaine fierté de pouvoir rendre justice,en étant en quelque sorte le maillon final de tout le processus judiciaire.
oui c'est un peu ce que disait Fouché reprennez son message
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécutions publiques - bourreaux non masqués   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécutions publiques - bourreaux non masqués
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exécutions publiques - bourreaux non masqués
» Les exécutions capitales à Paris XIVème (1909-1972)
» Peine de mort en Corée du Nord
» Emmanuel Taïeb - exécutions publiques et brutalisation
» Exécutions en Bretagne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CES MESSIEURS DU PETIT MATIN-
Sauter vers: