La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Mar 21 Avr 2009 - 20:18

Journal LE FIGARO , du 27 mars 1912.

DÉPART DES BOIS DE JUSTICE

Les bois de justice sont partis hier soir pour Le Mans, où seront exécutés les deux soldats assassins Tisseau et Nolot. C'est la première fois que des condamnés militaires ayant commis leur crime pendant leur présence au régiment, sont guillotinés et non fusillés. 
Jusqu'à présent la peine de la guillotine n'avait été appliquée que lorsque le condamné, comme par exemple le caporal Géomay, avait tué pendant un congé.

* Les bois sont arrivés en gare du Mans à onze heures, précédent de peu M. Anatole Deibler et ses aides dont l'arrivée au Mans est passée à peu près inaperçue. Le truc supportant les bois de justice a été aiguillé sur une voie de la gare des marchandises, où les aides viendront cette nuit en prendre livraison.


Par Archange - 21/12/2011


Dernière édition par mercattore le Mar 7 Déc 2010 - 13:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jeffdu59
Bourreau de village


Nombre de messages : 64
Age : 47
Localisation : Valenciennes
Date d'inscription : 11/03/2009

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Mer 22 Avr 2009 - 7:48

mercattore a écrit:
Journal LE FIGARO , du 27 mars 1912.

DÉPART DES BOIS DE JUSTICE

Les bois de justice sont partis hier soir pour Le Mans, où seront exécutés les deux soldats assassins Tinseau et Nolot. C'est la première fois que des condamnés militaires ayant commis leur crime pendant leur présence au régiment, sont guillotinés et non fusillés. 
Jusqu'à présent la peine de la guillotine n'avait été appliquée que lorsque le condamné, comme par exemple le caporal Géomay, avait tué étant en congé.

Bonjour à tous !

Dans ce cas ce devais etre la juridiction militaire qui décidait d'employer la méthode d'éxécution ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Mer 22 Avr 2009 - 19:08

Extrait des ARCHIVES NATIONALES :

NOLOT
Henri-Fernand
Profession : soldat au 117ème RI
Date de la condamnation : 18/12/1911
Motif de la condamnation : assassinat suivi de vol commis de complicité avec le soldat TISSEAU sur la personne d'une vieille femme qui leur avait donné l'hospitalité.
Juridiction : CG séant au Mans
Remarques : dossier sans suite du fait que depuis le jugement du 18 décembre est intervenue la loi du 30 décembre 1911 aux termes de laquelle les militaires condamnés à mort pour un crime de droit commun auront la tête tranchée. Polémique entre l'avocat des condamnés et le Garde des Sceaux au sujet de cette substitution de la guillotine au peloton d'exécution.

TISSEAU
Benjamin-Eugène
Profession : soldat au 117ème RI
Date de la condamnation : 18/12/1911
Motif de la condamnation : assassinat suivi de vol commis de complicité avec le soldat NOLOT sur la personne d'une vieille femme qui leur avait donné l'hospitalité.
Juridiction : CG séant au Mans
Remarques : dossier sans suite du fait que depuis le jugement du 18 décembre est intervenue la loi du 30 décembre 1911 aux termes de laquelle les militaires condamnés à mort pour un crime de droit commun auront la tête tranchée, polémique entre l'avocat des condamnés et le Garde des Sceaux au sujet de cette substitution de la guillotine au peloton d'ex
cécution.

________________________________________________________________________________________________________________________

* Le site CAIRN commet une erreur, car il mentionne que seul l'un des deux a été exécuté :
http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2002-1-page-51.htmne


Dernière édition par mercattore le Mar 7 Déc 2010 - 9:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Mer 22 Avr 2009 - 19:36

Sur l'exécution de Tisseau et Nolot voir l'article du journal « L'ABEILLE DE LA NOUVELLE- ORLÉANS : http://nobee.jefferson.lib.la.us/Vol-160/04_1912/1912_04_0074.pdf


Dernière édition par mercattore le Lun 1 Nov 2010 - 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Lun 1 Nov 2010 - 9:09




Par Archange - 21/12/2011

La prison militaire à l'époque de l'exécution.


Dernière édition par mercattore le Lun 4 Avr 2011 - 11:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1451
Age : 59
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Lun 1 Nov 2010 - 13:15

Fort interessant Mercattore. Il y a un petit mystere a eclaircir: Les Bois de Justice auraient encore ete entreposes dans le hangar de la Rue Folie-Regnault en 1912 alors que dans d'autres post, plusieurs membres (Jourdan? Sywan? Niavlys?) avaient conclus qu'ils avaient ete transferes a La Sante en 1911. Y-a-t-il ici une erreur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Lun 1 Nov 2010 - 13:45

Boisdejustice,
Le journaliste qui a écrit l'article a-il vraiment vu le fourgon sortir de la remise de la rue de la Folie-Regnault ?
Les journalistes parisisens allaient-ils tous voir la guillotine sortir de sa remise lorsqu'elle partait pour la province ? Hummm... Là est la question.
En tous cas, voilà un petit problème à résoudre. : Folie-Regnault ou rue de la Santé ?
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Lun 1 Nov 2010 - 17:20

Merçi bien, Mercattore, pour toutes ces nouvelles bonnes informations et photos. Viva!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Sam 6 Nov 2010 - 0:15

Boisdejustice a écrit:
Fort interessant Mercattore. Il y a un petit mystere a eclaircir: Les Bois de Justice auraient encore ete entreposes dans le hangar de la Rue Folie-Regnault en 1912 alors que dans d'autres post, plusieurs membres (Jourdan? Sywan? Niavlys?) avaient conclus qu'ils avaient ete transferes a La Sante en 1911. Y-a-t-il ici une erreur?

Oui, Boisdejustice, il y a bien une erreur. Les guillotines ont été déplacées dans la soirée du Dimanche 20 août 1911, ou le Lundi (plus probable) pour être remisées à la Santé.




Dernière édition par mercattore le Lun 4 Avr 2011 - 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Mer 8 Déc 2010 - 22:05

Transcription.
Exécution des soldats NOLOT et TISSEAU.

26 mars 1912.

Ce matin, les têtes de Nolot et de Tisseau sont tombées sous le couperet du bourreau. Demain, M. Deibler procédera, à Laval, à l'exécution de l'assassin* du Vieux-Chevaigne. Il y a quelque mois, il avait décapité, au Mans, le bandit Doilin d'abord, le parricide Hamet ensuite. En quinze mois cinq exécutions capitales auront été faites dans le Maine et, à la prison du Mans, un sixième bandit, le sinistre Lambert,**, attend l'heure où il comparaitra devant le jury de la Sarthe, pour y répondre du double assassinat de Sarcé. La circulaire de M. Millerand, ministre de la Guerre, avait fixée en détail toutes les formalités nécessitées par l'application de la nouvelle loi, supprimant la fusillade pour les soldats condamnés à mort, à la suite de crimes de droit commun. Cette circulaire a reçu ce matin une application stricte. Deux prêtres étaient présents : L'abbé Grandin, aumônier de la prison militaire, et l'abbé Defragne, du clergé parisien. Ce dernier est un ami personnel de la famille Nolot et avait tenu à venir assister dans ses derniers moments le petit comptable de banque, dont le passé ne laissait pas prévoir une fin pareille.

LE RÉVEIL DES CONDAMNÉS

Tisseau, qui devait précéder son camarade à l'échafaud, a été réveillé le premier. Il dormait profondément. La veille, le fantassin condamné à mort avait reçu la visite de son père : il s'était longuement entretenu avec ce brave ouvrier angevin et lui avait demandé pardon de la peine qu'il lui causait ainsi qu'à sa mère et à ses soeurs : « J'ai commis une faute » lui disait-il « et bien je saurai l'expier courageusement ! » Il ne se doutait pas que le lendemain il aurait à tenir sa parole. Il faut reconnaitre d'ailleurs, qu'il n'eut pas un instant de faiblesse.
« Du courage, j'en aurai, c'est entendu », fit-il à l'abbé Grandin et au commandant Alix, qui l'exhortaient, et il s'habilla seul, sans que personne ne l'aida. La même scène se répéta dans la cellule de Nolot, un instant après. On avait dit que le condamné était très déprimé par les cent jours d'isolement en cellule qu'il venait de passer : il n'y parut guère ce matin, car, dès le premier instant, il fit lui aussi preuve d'un courage étonnant, en disant à l'abbé Defragne qui lui apportait le pardon de sa mère : « Oui, ça va bien, je saurai mourir.» Et, comme Tisseau, il s'habilla sans faiblesse aucune.

AVANT L'EXÉCUTION

Le greffier donne lecture aux deux fantassins de la sentence les condamnant à la peine capitale, puis Nolot et Tisseau se confessèrent, assistèrent à la messe dite par l'abbé Grandin, dans le parloir des avocats et communièrent. Une courte exhalaison, prononcée par l'aumônier de la prison, fut écoutée en silence par les deux condamnés. A 4 heures 50, M. Deibler et ses aides procédaient à la toilette de Nolot et Tisseau, et à ce moment, tous les deux, sans cependant s'être concerté, déclaraient qu'ils n'avaient pas prémédité leur crime. On tendit une tasse de café et de rhum à chacun des condamnés, qui avaient les mains derrière le dos : « Il faudrait être un acrobate pour boire dans cette position-là », dit Nolot, et il repoussa la tasse. Tisseau, au contraire, but avidement et accepta une cigarette, que lui tendait maître Moutet. Au moment où le cortège se mettait en route, à 5 heures 15 minutes, il accepta une seconde cigarette et c'est en la fumant qu'il apparut dans l'encadrement de la porte du conseil de guerre ouverte à deux battants.
Tisseau marchait avec fermeté, il embrasa l'abbé Grandin et descendit seul les six marches du perron. Arrivé au bas, à un mètre de la guillotine, il se retourna et dit à maître Moutet : « Au revoir, maître Moutet, au revoir et merci. »

JUSTICE EST FAITE

D'un mouvement instinctif, Tisseau s'enfonça la tête dans les épaules au moment où les aides le poussaient sur la bascule : sa tête n'en fut pas moins engagée dans la lunette et le couperet tomba. La tête roula dans le seau pendant que le corps de Tisseau basculait dans le panier ! Deux aides, une éponge à la main, essuyèrent le sang qui avait giclé et M. Deibler commanda : « Allez chercher l'autre, maintenant ! »
Deux minutes exactement après l'exécution de Tisseau, Nolot apparaissait. Ce grand garçon était exsangue, mais il marchait d'une allure courageuse, lui aussi, descendit seul le perron du conseil de guerre, il embrassa l'abbé Defragne qui lui tendait le crucifix et lui dit à voix haute
Dites bien à ma mère que ma suprême pensée a été pour elle ! » Et il se livra aux aides du bourreau : le couperet s'abattit encore.
En deux minutes quarante huit secondes, deux têtes étaient tombées.

_______________________________________

* Il s'agit de Bourges Paul, exécuté en fait le 29.

** Lambert Edmond-Louis. Condamné à mort, le 6 mars 1913, par la cour d'assises d'Angers pour l'assassinat d'un couple de vieillards, il fut gracié le 2 mai 1913. Sa peine fut commuée en celle des TF à perpétuité. Il fut transporté au bagne de Guyane.



Par Adelayde - 2012-05-25

Caserne de la Tour D'Auvergne, du 117ème RI, où étaient affectés Tisseau et Nolot, à la Flèche (Sarthe). Elle est intégrée aujourd'hui dans un ensemble dépendant du Prytanée national militaire.
Revenir en haut Aller en bas
poulain
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 53
Localisation : france
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Jeu 9 Déc 2010 - 10:06

quartier galliéni:

http://www.prytanee-national-militaire.fr/spip.php?rubrique7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Lun 4 Avr 2011 - 12:20

mercattore a écrit:
Boisdejustice a écrit:
Fort interessant Mercattore. Il y a un petit mystere a eclaircir: Les Bois de Justice auraient encore ete entreposes dans le hangar de la Rue Folie-Regnault en 1912 alors que dans d'autres post, plusieurs membres (Jourdan? Sywan? Niavlys?) avaient conclus qu'ils avaient ete transferes a La Sante en 1911. Y-a-t-il ici une erreur?

Oui, Boisdejustice, il y a bien une erreur. Les guillotines ont été déplacées dans la soirée du Dimanche 20 août 1911, ou le Lundi (plus probable) pour être remisées à la Santé.

Non, il n'y a pas eu erreur. Une guillotine est partie à la prison de la Santé en août 1911, le 22 je crois, l'autre est restée rue la Folie Regnault pour les exécutions de province. Jacques Delarue mentionne qu'elle y resta jusqu'en 1930, mais c'est à confirmer.
Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Ven 23 Mai 2014 - 18:22


  
C'est un dessin non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Ven 23 Mai 2014 - 18:44

je ne crois pas non..

Les appareils pour numériser ne peuvent pas faire des merveilles si l'original est "mauvais"(voir par exemple la sortie de Landru au moment de son exécution...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   Mer 24 Sep 2014 - 19:43

Article de l'Ouest-Eclair, du samedi 30 mars 1912.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912   

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Nolot - Benjamin Tisseau - 1912
» je me presente je m'appelle henri
» La bande à Bonnot - 1912-1913
» Henri Laval dit "Bébert" - Dernière exécution publique à Nantes - 1920
» Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: