La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Veuve à la Réunion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Exécuteurs à la Réunion   Sam 9 Aoû 2008 - 18:42

Bonsoir à toute l'équipe !
Sywan nous informe par ailleurs, et je ne vois pas de raison de mettre en doute ses déclarations, que les exécutions à la Réunion ont toujours été faites par une ou des équipes locales, même si lesdites exécutions n'avaient lieu que très rarement.D'où ma question : Quid du recrutement des équipes en question, de leur formation technique et du maintien des compétences ? Peut-on envisager, avant 1945 en tous cas, l'intervention ponctuelle des exécuteurs de Hanoï ou de Saïgon ? Après tout, géographiquement, c'était eux les plus proches, même si ce n'est pas la porte à côté...
Merci de vos lumières, et bonne soirée Cool
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: La Veuve à la Réunion   Mar 3 Mar 2009 - 13:26

Intéressant témoignage d'un journaliste – il y a cent ans – à propos de la guillotine qui fonctionnait encore à La Réunion :

"Un rédacteur du « Signal » rend visite à Saint-Denis à la plus étrange veuve qui soit au monde.

On parle beaucoup de la guillotine à Madagascar. Le respect de la veuve serait-il un article d'exportation ? On le croirait à voir nos colons effrayés par l'abondance et la hardiesse des crimes commis par les indigènes, réclamer l'envoi des bois de justice de la Réunion. La veuve exotique jouissant d'un réel succès, nous avons demandé à notre rédacteur de St-Denis, de bien vouloir lui rendre une petite visite et de nous communiquer ses impressions. Ce sont ces impressions que nous nous empressons de livrer à l'examen du lecteur.

Je me suis rendu cet après-midi à la prison centrale de notre ville où M. Alcide Pierre, directeur de l'établissement, m'a très cordialement reçu. Lui ayant exprimé le désir d'être mis en présence des bois de justice, M. Alcide Pierre donna immédiatement des ordres brefs à son personnel, pour que la chambre de la veuve fut ouverte et son apparente résignation scrutée. Je crus nécessaire d'assourdir mes pas et d'ôter mon chapeau en entrant dans le sanctuaire silencieux où reposait l'objet d'horreur.
— Elle a plus de cent ans me dit le directeur en inspectant la machine d'un regard, le regard du monsieur qui voit d'un seul coup, si chaque chose est à sa place.
— Je croyais qu'elle avait tout au plus fêté ses noces d'or, répondis-je.
Tandis que le personnel remuait les bois, M. Alcide Pierre m'expliqua « Cette guillotine est la plus ancienne qui soit au monde. Les archives consultées sont muettes sur ses origines. Mais tout nous permet de croire qu'elle a été expédiée de France à l'époque de la Terreur, c'est-à-dire en 1793. La veuve serait âgée aujourd'hui de 116 ans. C'est la plus vieille tante de M. Deibler et rien ne prouve qu'il en héritera. Vous verrez que malgré son âge elle est admirablement conservée. Ah ! sous Robespierre on construisait solidement ! »
— Je vois, répliquai-je, que de Robespierre à Alcide Pierre, la veuve a passé en de bonnes mains.
— Et sur de bien belles têtes, car cette guillotine, outil de liberté, a, principalement servi pendant la période de l'esclavage. Ses sœurs donnaient le baiser de mort aux tyrans, celle-ci se contentait des esclaves. C'est en 1902, qu'Asmaldy s'est vautré sur elle avec un grand courage. D'autres sont morts d'effroi avant de connaître son contact, tel le condamné Pombaye qui était si bien mort quand on le bascula que sa tête fut tranchée, pour ainsi dire, sans aucune effusion de sang» Tenez voici le couperet… Un condamné au visage rasé et qui ressemblait à un apprenti supplicié déposa devant moi une chose affreuse. Un mouton massif garni de roulettes de cuivre et sur lequel on fit glisser une énorme plaque d'acier triangulaire. Des traces rougeâtres s'y étalaient.
— Qu'est cela, fis-je, du sang ?
— Non, du suif. La veuve est suifée pour éviter les outrages de la rouille. Inspectez du doigt le fil, vous verrez que notre rasoir rase encore après cent seize ans.
Ma main frôla la lame, cette lame au contact froid et qui avait coupé tant de têtes. Le fil en était merveilleux, pas la plus petite brèche dans le sourire de la veuve. Les frères Pollet (1) n'en ont pas connu de meilleur. Alors M. Alcide Pierre étala devant moi un plan, le plan de l'antique machine où monta Louis XVI avec ses huit degrés, son estrade haute, ses montants invraisemblables. " Voyez, me dit-il, j'ai fait couper les quatre pieds pour la rendre plus moderne. Aujourd'hui on la monte en deux heures, autrefois il fallait travailler toute la nuit. Les pièces en sont saines et en très bon état ainsi d'ailleurs que les accessoires."
— Quels accessoires ?
— C'est vrai... j'ai oublié de vous dire. Brigadier, faites avancer les accessoires.
Un homme parut porteur d'une hache énorme et d'un couteau de boucher qu'il déposa près de la veuve : ses bijoux.
Je renonce à l'idée de décrire cette hache et ce couteau. On en chercherait vainement de semblables chez les plus célèbres brocanteurs. Je me borne à faire connaître que ces aimables instruments sont destinés à l'achèvement du patient dans le cas où la veuve aurait manqué son coup. C'est horrible, c'est affreux, mais ça n'a rien qui diffère du antsy de l'assassin Ilaka et telle évocation repose du souvenir de telle autre.
En sortant, M. Alcide Pierre souriant de mon émotion, ajouta :
— Cette veuve l'est doublement: veuve de ses amants, veuve de ses bourreaux. Car si nous possédons des bois de justice, nous n'entretenons pas d'exécuteur des hautes œuvres. On ne paye que le suif. En cas d'exécution, il faut faire appel à la complaisance d'un citoyen, pour appuyer sur le déclic. Le système est d'ailleurs très simple et ne nécessite aucune étude spéciale. Je suis prêt à vous expédier cette veuve, proprement emballée. Qu'on me dise seulement en quelle catégorie elle voyagera.
— Cabine des dames seules, mon cher directeur, à moins que vous ne teniez à lui offrir le bras... Et voilà comment de trois à quatre, j'ai fait connaissance avec la plus vieille, la plus étrange et la plus effroyable guillotine qui soit au monde.
Demandez aux colons de Madagascar, si c'est celle-là qu'ils veulent faire venir, avec ou sans... les accessoires."
(signé Mardagne)
Le Signal de Madagascar, 20 mai 1909

(1) Les frères Pollet ont été guillotinés à Béthune le 11 janvier 1909
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Exécuteurs à La Réunion   Mar 3 Mar 2009 - 15:29

Bonjour, Jourdan, et merci pour ce document peu commun... Very Happy !
Si on se reporte au Palmarès " Outremer ", la machine fonctionna 4 fois depuis la parution de cet article : Une double exécution le 20/11/1911 et un autre " doublé " le 10/04/1940, dernière exécution publique sur le territoire français.Sait-on avec quels exécuteurs ? Toujours des volontaires, comme mentionné par votre source, ou une équipe " importée ", et, dans ce cas, d'où ? Pas de métropole, en tous cas ! Avais mis sur le forum un post sur la guillotine à Madagascar, où une double exécution a eu lieu en 1946, mais n'ai pas pu avoir de lumières sur les " opérateurs " Question
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Mar 3 Mar 2009 - 16:11

Très peu d'informations sur les exécuteurs de la Réunion et de Madagascar. Dès que j'en aurai l'occasion je consulterai les journaux locaux, à la date de ces exécutions, pour essayer de trouver plus de détails.
Il est à peu près certain que les bourreaux ne sont pas venus de métropole ou d'Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
chogokinman
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 42
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Mar 3 Mar 2009 - 17:12

Un mouton à roulette ? Cette guillotine ne date surement pas de la Révolution...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ananke
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 64
Localisation : Braine l'Alleud - Belgique
Emploi : Commissaire de Police à la retraite
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Mar 3 Mar 2009 - 17:18

chogokinman a écrit:
Un mouton à roulette ? Cette guillotine ne date surement pas de la Révolution...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.delcampe.net/page/seller_sales/language,F,nickname,mi
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2474
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: A propos...   Mar 3 Mar 2009 - 17:36

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Ven 6 Mar 2009 - 17:44

Il est vraisemblables que les volontaires dans ces cas là étaient des policiers ou des gardes pénitentiaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2474
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: R.I.P ;-)   Mar 10 Mar 2009 - 19:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Mar 10 Mar 2009 - 20:29

Merci Piotr pour cette photo qui illustre (et confirme) l'article que j'ai publié plus haut. A première vue, les bois de justice de la Réunion (actuellement conservés au Musée des prisons) semblent bien être d'un modèle de l'époque révolutionnaire (lunette, mouton, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Visite de la Veuve à la Réunion   Ven 17 Avr 2009 - 11:36

Revue Le Signal de Madagascar et dépendances. Politique, littéraire, commercial, industriel, agricole, du 20-05-1909.

Voir post de Jourdan :
http://guillotine.cultureforum.net/la-veuve-f1/la-veuve-centenaire-de-la-reunion-t1021.htm


Dernière édition par mercattore le Ven 17 Avr 2009 - 15:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Ven 17 Avr 2009 - 12:49

J'ai déjà fait paraître cet article - sous une forme plus lisible - le 3 mars dernier. Voici le lien :

http://guillotine.cultureforum.net/la-veuve-f1/la-veuve-centenaire-de-la-reunion-t1021.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Mer 6 Jan 2010 - 12:31

Jourdan coupe tête a écrit:
Très peu d'informations sur les exécuteurs de la Réunion et de Madagascar. Dès que j'en aurai l'occasion je consulterai les journaux locaux, à la date de ces exécutions, pour essayer de trouver plus de détails.
Il est à peu près certain que les bourreaux ne sont pas venus de métropole ou d'Algérie.

Jourdan, il y a quelque chose que je ne comprend pas. Êtes vous sûr que la veuve a fonctionné à Madagascar ? J'ai toujours lu que les exécutions se faisaient par fusillade. Pourriez vous nous citer des exécutions par la guillotine dans ce pays ?
Revenir en haut Aller en bas
Hobbi
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Mar 12 Jan 2010 - 9:33

Ananke a écrit:
chogokinman a écrit:
Un mouton à roulette ? Cette guillotine ne date surement pas de la Révolution...


Excellent j' allais de ce pas chercher ce type d'images Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Jeu 13 Mar 2014 - 16:02

pierrepoint a écrit:
Bonsoir à toute l'équipe !
Sywan nous informe par ailleurs, et je ne vois pas de raison de mettre en doute ses déclarations, que les exécutions à la Réunion ont toujours été faites par une ou des équipes locales, même si lesdites exécutions n'avaient lieu que très rarement.D'où ma question : Quid du recrutement des équipes en question, de leur formation technique et du maintien des compétences ? Peut-on envisager, avant 1945 en tous cas, l'intervention ponctuelle des exécuteurs de Hanoï ou de Saïgon ? Après tout, géographiquement, c'était eux les plus proches, même si ce n'est pas la porte à côté...
Merci de vos lumières, et bonne soirée Cool


Bonjour Pierrepoint,

Avez-vous déjà été à la grande foire de Lessay ?  

En ce qui concerne les exécutions capitales dans l'île de la Réunion, Henri de Busschere (1874-1937), qui fut journaliste, conseiller général de Saint-Denis-de-la Réunion, de Saint-Pierre de la Réunion et vice-président du conseil général donne quelques indications sur l'exécuteur des hautes-œuvres et ses aides opérant dans cette île.  
En outre, il séjourna de nombreuses années à Madagascar et ses écrits confirment bien que les exécutions capitales se pratiquaient uniquement par fusillade.
                   
 ________________________

Relevé dans l'hebdomadaire Le Merle Mandarin, du 10-08-1930 (extrait)
Source : gallica.bnf.fr

On sait que Madagascar, Maurice et la Réunion forment, sur la côte orientale d'Afrique, une flanc-garde de colonies prospères. Les trois îles, la grande et les deux petites sont reliées presque quotidiennement par de nombreux navires de grande ligne ou de cabotage.

Toutes les trois ont des crimes à déplorer et des exécutions à prévoir.
Or, particularité curieuse, tandis qu'à Maurice — ancienne île de France — les anglais pendent haut et court leurs criminels indignes de toute pitié, à Madagascar on fusille, à la Réunion on guillotine. Le fusil, la corde et le couteau sont en concurrence sur ces terres lointaines où la justice a, elle aussi, des terribles exigences...

Cependant la loi française dit :
« tout condamné à mort aura la tête tranchée... »

Comment se fait-il qu'à Madagascar, colonie française depuis 35 ans, le châtiment suprême réservé aux militaires soit appliqué aux criminels de droit commun ? Tout simplement, parce que les gouverneurs généraux qui succédèrent à Galliéni n'éprouvèrent pas le besoin d'importer « Une Veuve » pour leurs Etats et la tranquillité de leurs sujets. Ils conservèrent le peloton d'exécution qui supprime les dépenses d'entretien d'un bourreau, de sa machine et de ses aides.
Alors, à Madagascar, tout condamné à mort n'a pas la tête tranchée comme l'exige la loi. Mais il a la peau trouée de 12 balles ce qui paraît aussi expéditif et moins odieux.

L'île de la Réunion fut gratifiée, après 1789, d'une guillotine premier modèle. C'était un charmant cadeau de la Convention aux Bourbonnais.
Le pli qui l'accompagnait officiellement débutait par cette phrase engageante :

« Citoyen gouverneur,

Nous t'expédions cet instrument de Liberté... »


L'instrument de liberté, véritable baraque foraine, devait servir surtout, par la suite, à trancher la tête des esclaves qui prenaient la clé des champs, l'esclavage ayant survécu à la Révolution, à l'Empire et à la Restauration.

L'administration de l'île de la Réunion a modernisé la machine en la délivrant de son encombrant échafaud mais elle a conservé le fatal triangle, cadeau de la Convention, lequel repose dans une caisse tapissée de velours gros bleu. Cinq condamnés font office de bourreau et d'aides volontaires qu'entraîne à leur besogne le directeur de la prison, gardien des bois de justice. Bien longtemps avant l'exécution prévue et parfois sous les yeux du pauvre condamné, les cinq volontaires multiplient les répétitions en remplaçant le patient par un tronc de bananier qu'ils promènent, attachent, basculent et décapitent, tandis que le directeur chronomètre avec soin.

Henri de Busschere
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Dim 9 Nov 2014 - 23:06

Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   Lun 10 Nov 2014 - 17:23

hummmm... ca déconne à la prison Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Veuve à la Réunion   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Veuve à la Réunion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Western union vers liberty reserve
» EUR/USD : L'euro corrige, les opérateurs attendent la réunion de la BCE
» l'Union Européenne veut interdire les remèdes à base de plantes
» A380 à la Réunion
» L’UNION FAIT LA FORCE...rappel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA VEUVE-
Sauter vers: