La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ratages - les incidents lors d'une exécution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1451
Age : 59
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Jeu 13 Aoû 2009 - 19:21

Les guillotines de Bruge et de Lucerne comportent une telle "double-lunette" inferieure qui assurait que le menton du patient ne soit pas entame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Ven 14 Aoû 2009 - 15:58

Cher hurlemort.

La coupure au raz de la machoire ou entamant celle ci était effectivement fréquente, et de nombreuses photos d'autres exécutés ou des observations médicales post mortem confirment que le cas que vous citez était fréquent.

J'ai mon explication: non pas une mauvaise configuration de l'engin ( le modèle Berger était parfaitement fini et entretenu de façon à ce que la lame glisse en fin de course contre la "façade arrière" doublée de métal, de la lunette, mais plutôt un réflèxe ultime du condamné qui, sentant la lunette se refermer, va tenter de dégager ou protéger sa tête en la reculant ou la rtentrant dans le cou.

Comme vous le suggérez, il aurait fallu une seconde demi lunette pour éviter celà. Ou, plutôt que de changer l'endroit de chute du couperet, exiger du "photographe" qu'il tire la tête jusqu'à la chute du couperet, afin de maintenir le cou sous la lame. Fernad Meyssonnier, modèle de professionnalisme comme premier adjoint, procédait ainsi, mais il fallait tout de même pas mal de cran...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babydole123
Condamné à mort


Nombre de messages : 1
Age : 34
Date d'inscription : 31/08/2009

MessageSujet: Merci   Lun 31 Aoû 2009 - 5:40

merci de votre part


c'est une bonne idée


il semble intéressant



taux pret automobile comparatif credit auto voiture simulationUne simulation credit auto instannee et facile ici si vous avez une voituretaux pret automobile comparatif credit auto voiture simulation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Kanadra/Kenadra/Kenatia?   Dim 21 Mar 2010 - 16:46

UBLICLY GUILLOTINED.
A DISGUSTING AFFAIR.
[PKB6B ASSOCIATION.! (Received December 6, 10.50 p.m.) NOUMEA, December 6.

"Kenatia, an Arab recidiviste, found guilty'of the murder of a fellow prisoner afc the Isle of Pines, was publicly guillotined in the presence of 1000 spectators at daylight this morning in the public square of ' Noumea, in order to serve as an example to the Arab population. The culprit was brought to the scaffold in a vehicle escorted by gendarmes. The guillotine, with a coffin alongside, was surrounded by 100 soldiers. The usual executioner had died, and his successor, through nervousness, bungled the affair, only decapitating the culpritafter the "knife had fallen three times. The operation occupied 15 minutes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YEGG
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 55
Localisation : Luxembourg
Emploi : Médecin
Date d'inscription : 20/07/2009

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Mer 28 Avr 2010 - 19:43

Pour ma part, j'ai difficile à imaginer un condamné avec la tête ouverte à la manière d'un oeuf à la coque (sorry, mais je n'ai rien de plus explicite pour la comparaison) puisse continuer à parler car il s'agit d'un traumatisme crânien gravissime et toujours accompagné d'une perte de connaissance, sans compter l'hémorragie car il y a de gros vaisseaux sanguins dans la tête.

Mais il est possible que la décollation ait effectivement pris beaucoup de temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Mar 14 Juin 2011 - 12:04

monseigneur a écrit:
pour faire frissonner les amateurs , je ne résiste pas au plaisir de vous transcrire une partie d'un texte (paru dans "le canard tahitien de février 1967) , et confirmée par un témoin W.Puget qui relate l'exécution de KANADRA (ou Kénadra selon certaines versions) qui eut lieu le 6 Décembre 1905 à Nouméa.

Ce dernier , détenu (pour meutre de sa belle-mère) au penitencier de l'ile des Pins avait assasssiné un soir de février pour le voler, le meilleur de ses camarades.

Condamné à mort le 21 juin , KANADRA plus de cinq mois son recours en grace qui fût rejeté.

Il s'agit probablement de Miloud-ould-Ali KHENATRA, condamné par la cour d'assises de Nouméa pour assassinat suivi de vol, et dont le dossier est mentionné « sans suite » aux Archives nationales, c'est à dire qu'aucune décision présidentielle (grâce ou rejet) ne figure dans ce dossier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Mar 14 Juin 2011 - 12:40

A voir aussi s'il ne s'est pas agi d'un "scalpage"... techniquement, une fois la lunette refermée je vois mal comment l'infortuné "patient" s'y serait pris pour s'engoncer... mais si l'on admet qu'il y soit parvenu sous force de sursauts désespérés, plutot qu'emmener la totalité supérieure de la boite cranienne, la lame aurait pu n'en "raboter" qu'une partie, épargnant les principales artères, mettant le reste à nu, et écorcher le reste jusqu'à la racine du nez.

En Indonésie, dans certains restaurants, la décollation de la partie supérieure du crâne de singes prisonniers d'un carcan de bambous et opérée de façon magistrale par le "cuisinier"... Le singe continue à vivre et à s'agiter jusqu'à ce que le "gourmet" lui prélève la cervelle d'un coup de cuillère... Je n'ai jamais effectué cette expérience cullinaire assez effroyable, mais un ami, grand voyageur, m'a certifié qu'aucune éclaboussure de sang ne venait tâcher les convives. Sachant que nous partageons plus de 90% du patrimoine génétique des quadrumanes... ? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: La guillotine était en panne…   Sam 27 Avr 2013 - 14:46


La guillotine était en panne…


-----=-----

Paul. — Je propose de raconter aujourd’hui une histoire plutôt gaie, bien qu’elle se soit passée pendant les mois tragiques de la Terreur.

Edmond. — Il est rare que les contes se terminent mal.

Paul.
— Ce n’est pas un conte. Le fait a été rapporté dans ses Mémoires par Monsieur de Vaublanc, comte de l’Empire, qui fut aussi préfet des Bouches-du-Rhône et ministre de l’intérieur sous la Restauration.

Edmond. — Fort bien ! Nous écoutons.

Paul. — Un brave gentilhomme, M. de Châteaubrun, était conduit ce jour là vers le lieu du supplice dans la fatale charrette, avec une vingtaine d’autres condamnés. Je passe sur les préliminaires. Autour de la guillotine, les spectateurs comptaient les coups : une tête, deux têtes, trois têtes, que le bourreau présentait chaque fois à la foule. De bonnes dames assises sur des tabourets pliants se réjouissaient du spectacle en tricotant des habits chauds pour leur progéniture. Bientôt, douze têtes furent tombées. La routine, quoi !

Edmond. — A t’entendre, c’est presque jubilatoire.

Paul. — Au onzième condamné, la lame triangulaire refusa de tomber. Le bourreau interrompit un bâillement, et essaya une deuxième fois. Peine perdue, la machine à tuer était en panne. A première vue, il semblait qu’un des montants verticaux avait bougé, déréglant le parallélisme des glissières. Le plus jeune des gendarmes partit à la recherche de l’ouvrier de service, qui s’était éclipsé pour vider une chope dans l’estaminet voisin.

Edmond.
— J’imagine volontiers la contrariété des spectateurs.

Paul. — Oui, la colère grondait tandis que l’ouvrier s’activait ; sans grand résultat d’ailleurs, tant le réalignement du montant s’avérait difficile. Il fallut faire appel à de la main d’œuvre supplémentaire. L’interminable attente devint vite insoutenable. Malgré l’allongement des jours, en cette dernière décade de mai 1794, le soir descendait en étirant les ombres. La foule était encore dense, et curieusement, les condamnés n’en étaient séparés par rien : toute fuite eut semblé impossible, car chaque sans-culotte jouait un rôle de gardien. Les misérables victimes, exténuées, plongées dans un état second, attendaient sans velléité de résistance. Malgré cela, peu de chose les distinguait des spectateurs, sauf peut-être la large échancrure qui dégageait leur cou pour ne pas gêner la pénétration de la lame.

Edmond. — Tu nous fais froid dans le dos !

Paul. — Tu me fournis à propos la nécessaire transition pour faire plus ample connaissance avec notre héros. Au milieu de cette assemblée disparate, où se côtoyaient la cruauté et le désespoir, Antoine Gaspard de Châteaubrun se laissait aller à ses tristes pensées. Comme ils étaient déjà loin, les jours insouciants de sa liberté. Tant de chers compagnons avaient disparu dans la tourmente ! Levant les yeux vers le ciel, Antoine Gaspard aperçut alors le pâle croissant de la lune, encore peu visible, qui s’était placé exactement entre les deux montants de l’échafaud. Il ressentit cette apparition comme une ultime provocation. Pourquoi s’avisait-elle de le narguer, cette enchanteresse de ses nuits de jeunesse ? Il se souvint des railleries dont il accablait Alphonse de Montillac, son ami d’enfance, qui s’était pris de passion pour ce qu’il appelait la science astrale, et vivait littéralement avec les phases de la lune. Combien de fois lui avait-il demandé avec ironie ce qu’il fallait craindre le plus, le passage de la Lune sur son ascendant zodiacal, ou la naissance d’un descendant au moment de la pleine lune ! Alphonse se montrait insensible à la moquerie, et changeait de sujet.

Edmond. — J’apprécie ce petit zeste d’astrologie dans une bien triste histoire.

Paul. — Notre héros semblait apprécier lui aussi, et malgré l’horreur de sa situation présente, il se prit à sourire tout en retournant contre lui-même l’esprit caustique qu’il avait si souvent exercé contre les autres :

« Mon pauvre Antoine Gaspard, s’écria-t-il intérieurement, que dois-tu attendre ce soir de la Lune ? Te rappelle-t-elle que tu mettras tout à l’heure la tête dans sa petite sœur la lunette ? »

Écrasé de lassitude, il eut un petit étourdissement et sentit qu’il allait tomber ; mais la foule autour de lui le portait. En réalité, les spectateurs se désintéressaient complètement de lui. Enervés, frustrés, revendicatifs, ils gardaient les yeux rivés sur les opérations de réparation, attendant avec une impatience grandissante la reprise du spectacle. Les gendarmes, qui s’impatientaient aussi, harcelaient les ouvriers. Dans ce tumulte, Antoine Gaspard se sentait seul au monde. Il se souvenait maintenant de ce jour d’été où son ami Alphonse l’avait contraint à l’accompagner dans la garrigue pour observer une éclipse partielle du soleil :

« Aurais-je pu imaginer à l’époque, pensait-il, qu’un soir viendrait où la Lune s’intéresserait à ma petite personne pour l’éclipser à son tour ? »

Saisi d’un nouvel étourdissement, il s’abandonna à la fatigue, son poids se fit plus lourd, et la foule, uniquement préoccupée des mouvements de l’ouvrier, lui ouvrit progressivement le passage.

Edmond. — Je sens venir le dénouement. La scène qui se joue est hallucinante. Tandis que la mort rode, et que des destins s’achèvent, une divinité bienveillante veille sur ton héros.

Paul. — Oui. Peu à peu, et sans s’en rendre compte, Antoine Gaspard avait reculé en périphérie du cercle de la meute des voyeurs. Brusquement, il ne se sentit plus porté par ses voisins, et faillit s’effondrer. Alors il reprit ses esprits, et réussit à atteindre les premières maisons sans attirer l’attention. Dissimulé dans une encoignure, il entreprit d’user la corde qui liait ses mains contre l’angle saillant d’une pierre.

Edmond.
— C’est vraiment émouvant.

Paul.
— La nuit tombait maintenant et les supplices avaient repris. Personne ne faisait attention à lui, à moitié dissimulé qu’il était dans la pénombre. Le quart d’heure qui s’écoula avant que ses bras ne se retrouvassent libres lui parut durer une éternité. Son premier soin fut de rajuster son col et de fermer haut sa veste. Il avisa un grand chapeau tombé sur le sol, et s’en coiffa. Plus rien ne le distinguait désormais des badauds. Les gendarmes ne s’étaient pas préoccupés de compter le nombre des victimes restantes, et le bourreau n’en avait cure. Antoine attendit la dispersion de la foule pour partir en se mêlant à elle. Levant les yeux vers le ciel, il contempla la face joviale de la Lune qui semblait se moquer tendrement de lui, et lui fit une grande révérence.

http://www.conte-et-legende.fr/

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Didier
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 56
Localisation : Strasbourg / France
Emploi : Acheteur international
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: EXECUTIONS RATEES !!!   Mer 8 Jan 2014 - 19:55

Bonjour

Je viens de finir de lire un livre de G. Lenôtre "la guillotine et les exécuteurs des hautes oeuvres" qui est très intéressant historiquement parlant.

L'auteur y relate certains faits d' "exécutions ratées" si horribles qu'il ne les décrit pas.
Il y parle d'une jeune femme Isabeau Herrmann guillotinée à Bruges en 1806 (ancien département français à l'époque), une jeune fille de 22 ans condamnée pour ses moeurs légères (mais comment peut-on tuer une fille pour ça ? c'est tout de même inimaginable !!!!! pauvre fille ! heureusement que la peine de mort est abolie !)

Questions :
- Quelqu'un a t-il des détails sur ce qui s'est passé ?
- Quels autres cas connaissez-vous ?

Merci pour vos lumières
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
trody
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 61
Localisation : limeil-brevannes(val de marne)
Emploi : agent d'acceuil social
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Mer 8 Jan 2014 - 20:17

bonjour Didier !

hélas cher ami dans d'autres contrées, on continue à couper les tètes à des personnes, qui
n'ont commis aucun crime leurs seuls "crimes" c’était de s’être aimés hors mariage, ce qu'on
appelais jadis "les mœurs légères" , sur yotube il me semble que l’exécuteur des hautes œuvres saoudiennes
a étêté une sri-lankaise qui n'avait que ca à se reprocher, en effet ca donne froid au dos !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Mer 8 Jan 2014 - 20:28

http://answers.yahoo.com/question/index?qid=20081025165327AAcoFws


D'après ce que j'ai compris la lame tomba trois fois sur le cou avant que la tête ne soit tranchée...

Le bourreau en subit les conséquences


Si un angliciste pouvait confirmer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Didier
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 56
Localisation : Strasbourg / France
Emploi : Acheteur international
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Mer 8 Jan 2014 - 23:35

Hello

Of course I can confirm !
Cependant, j'ai été très ému par le sort de cette jeune fille dont le seul tort a été d'être séduisante et d'avoir partagé du plaisir avec des hommes. Aussi j'ai tenté d'en savoir plus et ce que j'ai découvert m'a horrifié !

J'ai trouvé des extraits d'un livre anglais qui s'intitule "Execution: The Guillotine, the Pendulum, the Thousand Cuts, the Spanish Donkey, and 66 Other Ways of Putting Someone to Death" de G. Abbott

Je traduis dans les grandes lignes :
C'était le 14 avril 1806 à Bruges, parmi les 4 condamnés à mort se trouvait une jeune femme dont la beauté, la jeunesse et la joie avait conquis les spectateurs et attiré leur sympathie, une certaine Isabeau Hermann.

Rappel : pour qu'une exécution soit "propre" il faut que le condamné soit préparé comme il se doit et qu'il soit correctement ligoté, corps et pieds.
Rappelons qu'à l'époque le condamné était sanglé à la bascule, les pieds liés.

Or pour cette pauvre fille, le vieux bourreau, un certain Bongard (inexpérimenté avec la guillotine) n'avait pas lié ses pieds, ni coupé ses cheveux, et lui avait laissé son bonnet sur la tête. Elle avait les cheveux longs et ses boucles tombaient dans son dos.
Résultat : le couperet tombe ! la tête n'est pas coupée, la lame est coincée par les cheveux, la fille est vivante, souffre atrocement, son corps est pris de violentes convulsions, et comme ses pieds ne sont pas liés, elle se trouve en position très indécente pour une Dame, elle "chevauche" la bascule, ses jambes étant retombées de part et d'autres. Indignation du public ! comme elle est prise de soubresauts, et dans cette position, je vous laisse imaginer ce que ça peut donner, surtout pour une fille qui doit mourir pour moeurs légères.
On remonte la lame, deuxième tentative : échec à nouveau ! La troisième aura été la bonne, ses souffrances sont enfin terminées !
La foule a failli lapider le vieux bourreau pour son incompétence d'avoir ainsi fait souffrir et humilié cette fille.

c'est déjà horrible de devoir mourir pour une raison aussi futile, mais d'avoir du ainsi souffrir et être humiliée .... ça me révolte !

J'aimerai que cette pauvre Isabeau, de là où elle est, sache à quel point son sort m'émeut, elle ne devait pas mourir, surtout pas ainsi !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Jeu 9 Jan 2014 - 0:56

Pauvre Isabeau... Crying or Very sad 

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tsasapala
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 55
Localisation : Marche - L'Italie dans une Region!
Emploi : zoologiste
Date d'inscription : 16/09/2011

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Ven 10 Jan 2014 - 9:57

Mourir seulement pour être sexy et pour
la joie de faire l'amour doit être terrible       




...........aujourd'hui .... le têtes tomberaient comme des feuilles à l'automne!!!

 lol! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1511
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Ven 10 Jan 2014 - 13:14

Les cheveux ont une résistance à la coupe très importante, ce qui explique le carnage.

Je crois même que c'est pour se protéger des coups de sabres que les Dragons et Cuirassiers de l'Empire arboraient de magnifiques casques à crinière (crin de cheval).

(pour des raisons inconnues mon post figurait dans une rubrique où il n'avait rien à faire; merci à Smic1980 pour me l'avoir fait remarquer)

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Ven 10 Jan 2014 - 20:31

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   Dim 19 Mar 2017 - 15:05



Journal Général du Département du Loiret, n° 98 du 6 décembre 1829

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ratages - les incidents lors d'une exécution   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ratages - les incidents lors d'une exécution
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Questions importantes lors d'un entretien d'embauche
» Prise en charge des repas lors de formation
» Prise en charge des repas lors de la formation DEA
» Un dou'a lors de "thissemtith"
» Vidéos d'exécution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CES MESSIEURS DU PETIT MATIN-
Sauter vers: